Comment on se protège ?

Eh oui, malgré ce qu’en pensait ma gynéco, le sexe lesbien est bien du sexe, de ce fait il existe des risques et donc des protections ! Tu n’as jamais entendu parler de protection pour les rapports lesbiens ? Tu n’es pas lae seul.e ! Voici nos petits conseils pour t’aider à y voir plus clair !

Pourquoi faut-il se protèger entre femmes ?

Il est nécessaire de se protéger car il y a trois fois plus de risques de développer une IST quand on a des rapports lesbiens dû au manque d’information et de prévention, on en parle rarement avec des spécialistes par peur des jugements et intégration des stéréotypes… mais qui dit contact avec les génitaux et les fluides corporels, dit rapport à risques. Heureusement une IST peut se soigner si elle est détectée tôt, mais mal ou pas soignée elle peut entraîner d’autres IST ou des complications.

Tu peux limiter les risques de plein de façons :

En dehors des protections, il existe plein de petits gestes simples qui visent à limiter les risques.

Comment peut-on se protéger ?

Nous entrons désormais dans le vif du sujet : quelles protections existent et sont efficaces ?

Tu as le préservatif interne ou externe. Il peut servir pour la pénétration et le partage des jouets. Il faut en changer à chaque changement de personne ou d’orifice (ex : si Estelle pénètre Camille avec un toy protégé d’un préservatif, Camille doit changer de préservatif si elle veut pénétrer Estelle). On pense aussi à nettoyer ses jouets avant et après le rapport avec du savon ou une solution antiseptique.

Il existe aussi la digue dentaire à placer sur les génitaux pour cunni ou anulingus. On peut en trouver sur internet ou on peut la faire soi-même : elle peut se découper à partir d’un préservatif ou de film alimentaire (celui qui ne va pas au micro-ondes, sinon il devient poreux et n’est plus efficace). Tu peux mettre du lubrifiant entre la vulve et la digue pour éviter qu’elle glisse.

Le gant en latex ou doigtier peut être en latex, polyuréthane ou caoutchouc. Il sert pour la masturbation mutuelle, le fisting …

Attention : il n’existe pas vraiment de protection pour les rapports génitaux-génitaux (pour les ciseaux par exemple).

Tu peux trouver toutes ces protections sur internet, dans des supermarchés, dans les plannings familiaux et les pharmacies.

Tu peux trouver plus d’informations sur les IST, leurs modes de transmission et les fenêtres de dépistages en consultant le manuel SOS homophobie

Que faire en cas de doute ?

Ça arrive dans le feu de l’action d’oublier de se protéger. Mais tout n’est pas perdu !

Tu peux aller consulter un.e gynéco ou un.e sage femme. Tu peux trouver des listes de praticien.ne.s safes sur internet, par exemple : https://gynandco.wordpress.com/ ou encore https://gotogyneco.be/

( Petit rappel : aucun.e praticien.ne.s ne peut te forcer à quoi que ce soit, tu as le droit de refuser un examen ! )

Demande un examen ou un dépistage. Certain.e.s praticien.ne.s te laissent même réaliser le frottis toi-même sans spéculum ni rien, à ton rythme. Tu peux compléter le frottis par une prise de sang ou une analyse d’urine. Le moment du dépistage varie selon les IST, tu peux avoir à faire plusieurs dépistages après un rapport (ex: la fenêtre de dépistage est de 6 semaines après exposition pour le VIH, de 3 mois pour l’herpès). Tu peux faire des dépistages chez un.e gynéco, dans un CIDDST, dans un hôpital ou au planning familial.

Et si je suis en couple exclusif ?

 Si tu es en couple exclusif, tu peux te faire dépister pour ne plus avoir à utiliser toutes ces protections. Mais le mieux est de continuer à utiliser un préservatif sur tes toys et les laver quand tu change de personne / trou ! Même dépisté.e.s, on a pas la même flore vaginale et ça peut altérer ce fragile équilibre.

J’espère que ces petits conseils te seront utiles. Tu peux retrouver nos tutos sur notre Tiktok. Fais attention à toi ❤️

Les illustrations ont été réalisées par Lou pour le manuel SOS Homophobie.